A la manière de …

« La traversée Toulon Sablettes-les-bains s’avéra mouvementée à cause de ce méchant Mistral qui tourmente souvent les eaux de la rade.

Par bonheur un brave batelier de notre steam-Boat « Le Manteau » me proposa de l’alcool de menthe qu’il avait dans le coffre à pharmacie du bord. A peine avions-nous accosté à cet appontement du Manteau, venant des Sablettes, que déjà les langoustes s’invitaient dans nos assiettes, dans ce merveilleux établissement où se presse toute la bourgeoisie des environs et de villégiature.

Plus tard, après le concert pendant lequel une cantatrice nous interpréta l’air de Mignon à la mode (« Connais-tu le pays où fleurit l’oranger »), nous continuâmes de nous divertir quelque pas plus loin dans ce petit théâtre de verdure fort justement nommé « Théâtre de la Nature* » dont l’entrée se trouve près du fort de Balaguier… »

PdP


Une traversée Toulon Sablettes les Bains en 1900*
https://youtu.be/0Di_P2XWgJU

Le fameux coffre de bord
et la description de son contenu

Ici les états de service d’un chef mécanicien sur les « ferry boâtes » de la compagnie Tamaris-St mandrier

La compagnie des Bateaux à vapeur La Seyne–Toulon vit le jour en 1873. Elle profita des progrès et des compétences des chantiers pour faire construire un grand nombre de bateaux à coque métallique pour environ 350 passagers : L’Abeille, L’Hirondelle, puis en 1888 les premiers bateaux à coque métallique pour environ 350 passagers : l’Alcyon, l’Hirondelle, L’Union, La Mouche, Le Favori I (type Steamboat), Le Cygne, Le Dauphin, La Mouette, Le Lagane, L’Albatros et le Favori II sans oublier l’Etoile du Matin, un deux mats goélette construit par les chantiers Curet à la Seyne. Le Favori fut construit en 1928, il mesurait 25,5 m sur 5,65 m pour un tirant de 1,55 m. Il fut le seul à avoir le poste de pilotage à l’avant.. Ces bateaux assurèrent la traversée à des milliers de voyageurs jusqu’au 18 novembre 1938. La concurrence de la route, autobus, tramways, et la hausse du charbon, entraîna le déclin des traversées. Ces bâtiment reprirent néanmoins du service pendant la guerre. (Ephémérides Henri Ribot)

« Partant du quai de Cronstadt et après avoir présenté nos civilités au marquis de Cuverville*, nous irons admirer les baigneuses et les baigneurs devant le Grand Hôtel des Sablettes puis nous siroterons un vermouth ou une absinthe avant d’aller risquer quelques jetons au Casino des Sablettes. Puis nous irons déguster la bouillabaisse du père Louis ou bien les langoustes à l’américaine du restaurant du Manteau …L’après-midi la troupe Sylvain inaugurant le théâtre de la Nature donnera Electre, la nouvelle création de Louise Sylvain. Enfin nous reprendrons le ferry boat pour Toulon« .(PdP)

 
 

Cuverville :

http://www.laseyneen1900.fr/2021/01/30/5354/*

close

2 comments

  1. Merci pour ce document de 42 , nous habitions rue Nicola Chapuis , j’avais avoir 7 ans , et de notre fenêtre nous avons assister depuis l’aube a ce désastre et au combat du fort du Mont Faron , ces documents et souvenirs sont important pour notre Jeunesse ! Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *