Dès le XIe siècle, la famille BEAUSSIER est citée dans l’histoire de notre région, de même que celles des Daniel, des Tortel* ou des Denans. Des quartiers de la ville portent parfois le nom de ces familles.

Il y eut des marins, des militaires de l’armée de terre, des magistrats, des ecclésiastiques, des administrateurs, des propriétaires terriens. 

Les BEAUSSIER ont eu leurs armes qui furent les mêmes que celles de Six-Fours  » de gueules à une coquille d’argent ombrée de sable » ces armes figurent gravées sur un sceau de cire d’un charte de donation de 1208.

Plusieurs blasons dans cette famille :

Blason identique à celui de Six-Fours, ces armes gravées sur un sceau de cire d’un charte de donation de 1208 : de gueules à une coquille d’argent ombrée de sable »

d’Azur au coq d’or barbé et crêté de gueules, une coquille d’argent en pointe et trois étoiles de même en chef (Louis Beaussier, enseigne de Marine, 1696) 

Blasonnement de la famille de Beaussier de Châteauvert : D’azur à trois coquilles d’or, sans oreilles, des seigneuries du Mourillon, de la Chaulane, de Brédule, de Saint-Marcel de la Garde, de Mazie, de Neneville, de Saint-Julien de Châteauneuf, de la Roque, de Cazeneuve, de la Celle et d’Aurel.

A la fin du XVe siècle, Six Fours est devenue une bourgade prospère. Vers 1580, les habitants descendirent du castrum perché de Six-Fours et s’établirent au quartier maritime de « La Sagno* ». 

Plusieurs entrepôts sont bâtis par ces négociants six-fournais sur ces rivages marécageux s’étendant à l’est de la ville, bientôt suivis par les premières maisons d’habitation. C’est la naissance des premiers quartiers de la Seyne (les Tortel*, Cavaillon, les Beaussier). (Provençal cavaioun une terre élevée). Les coteaux qui dominent ce quartier se garnissent alors d’habitations plus nombreuses et virent s’y constituer de nouveaux établissements, les plus importants de ces derniers portant les noms des propriétaires qui les avaient fondés.

Des Beaussier

Sur Wikipédia :

  • Louis Beaussier, écuyer, (1660-1731), capitaine de vaisseaux du roi, chevalier de Saint-Louis, épouse Claire de Portanier.
  • André Beaussier de Châteauvert (1698-1774), chef d’escadre, chevalier de Saint-Louis, fils du précédent.
  • Louis-Joseph de Beaussier de l’Isle (1701-1765), chef d’escadre, chevalier de Saint-Louis, frère du précédent
  • Louis-André de Beaussier de Châteauvert (?-1789), chef d’escadre, chevalier de St-Louis, fils du précédent
  • Louis de Beaussier de Chateauvert, fils du précédent, officier de Marine, chevalier de St-Louis, né en 1765, titré comte de Beaussier de Chateauvert, il signa la protestation de la noblesse de Toulon en 1789.
  • Louis François Emmanuel Beaussier (1748-1837), capitaine de vaisseau en 1792, contre-amiral honoraire en 1816
Louis-Joseph de Beaussier de l’Isle (1701-1765), chef d’escadre, chevalier de Saint-Louis

Sur L’histoire générale de La SEYNE-sur-MER de Louis Baudoin :

Sont cités : un Guillaume, compagnon d’armes de Du Guesclin;  Un Guillaume de Beaussier aux croisades au XIIIe, un Raymond de Beaussier Comte de provence, qui s’est enrôlé dans les troupes de Du Guesclin et s’est battu pour défendre la Provence au XIVe, un autre apparait dans le cartulaire de l’abbaye de Montrieux à Méounes comme chanoine capitulaire.

Les BEAUSSIER sont cités dans les prévisions de Nostradamus; Aycard de Beaussier dirige au XIII siècle la communauté de TOULON de même qu’ Emmanuel de Beaussier au XVIIIe.

 Des nombreuses charges locales sont exercées par les BEAUSSIER, à Six Fours, puis La Seyne et Toulon.

La famille Beaussier compta une suite ininterrompue de 27 officiers de marine avec primitivement Jean de Beaussier, Capitaine de la galère du Roi « La Diane » en 1520, jusqu’à Louis Emmanuel de Beaussier mort contre-amiral à Toulon en 1836. 

Parmi ces valeureux officiers, on distingue cinq officiers généraux, dix capitaines de vaisseaux et 12 officiers de tous grades. Ils ont été au service de l’État pendant plus de sept siècles, ont participé à toutes les grandes batailles navales livrées par la flotte française sous le commandement des Duquesne, des d’Orvilliers, des d’Estrées, des Tourville. Ils commandèrent les plus beaux vaisseaux de la flotte française et nombre d’entre eux ont péri dans les combats, ou sont revenus mutilés et couverts de blessures. Tous se sont rendu célèbres par leur valeur militaire et la fidélité à leur patrie, dont

Joseph BEAUSSIER  Capitaine de vaisseau marchand, enseigne de vaisseau (1675-1737), son fils Emmanuel BEAUSSIER (1720-1794) Chevalier de l’ordre royal et militaire de Saint Louis.

Dans le processus d’émancipation de la commune, avant que La Seyne accède au statut de commune indépendante en 1657, on retrouve un Joseph Beaussier à des moments-clés :

1631 – 13 juin : LOUIS XIII OCTROIE AUX HABITANTS DE LA SEYNE LA PERMISSION D’INSTALLER DES COMPTOIRS DE BOUCHERIE La transaction était faite entre les sieurs Pierre Martinenq, écuyer, Laurent Martiny et Etienne Tortel, consuls de la communauté de Six-Fours, et noble Michel de Tortel, seigneur de Ramatuelle, sieur Joseph Beaussier, bourgeois, et autres notables du lieu de La Seyne moyennant paiement à la communauté de Six-Fours d’une somme de 1.500 livres pour tenir compte de la diminution de vente en résultant pour cette communauté (Louis Baudoin, 1965, p. 127-128). LB

1631 – 12 septembre : LETTRES PATENTES DE FONDATION D’UN MARCHE A LA SEYNE – Comme l’indique la transaction passée en date du 12 septembre 1631, entre Pierre Martinenq, écuyer, Laurent Martiny et Etienne Tortel, consuls de la communauté de Six-Fours, d’une part, et Michel de Tortel, seigneur de Ramatuelle, Joseph Beaussier, bourgeois, et autres notables, de l’autre, les Seynois purent établir librement des commerces de boucherie et de charcuterie sous la réserve du paiement à la communauté de Six-Fours d’une somme de 15 00 livres pour tenir compte de la diminution de vente en résultant (Louis BAUDOIN, 1965, op. cit., pp. 127-128.). LB

1642 – 16 novembre : La communauté ayant fait dessein de faire ladite halle, lesdits Sieurs consuls (Sieur Charles Vicard et Louis Tortel, consuls, par acte du 20 juin par Maître Denans, notaire) donnèrent à prix fait à Honoré Beaussier, maçon, de faire tous les piliers qu’il convenait faire pour la halle. A prix fait, Honoré Beaussier, maçon, monta tous les piliers de la halle bâtis en pierre de la Couronne (Jean DENANS, 1707/1711, op. cit.).

1643 – Agrandissement de la chapelle N-D de Miséricorde : une terre (de) vignes et oliviers fut achetée d’Honorade Tortel, veuve de Louis Beaussier, par Michel Sabatier et Sébastien Audibert, recteurs de ladite chapelle, par acte reçu par Me Lombard, notaire.

1655 Jean Beaussier est cité comme second prieur lors de l’inauguration de la chapelle Saint-Esprit. 

1658 Honoré Beaussier est l’un des officiers municipaux sous 4 consuls et un capitaine des consuls.

Sur la liste des émigrés seynois de la Révolution Française :

Bien sûr, à la Révolution, on compte beaucoup de Beaussier parmi les émigrés :

Beaussier Antoine, 56 ans, capitaine au long cours. 22 vend. III. S’est caché, durant tout le siège de Toulon, « dans un bateau marchand ancré dans la rade du Mourillon ». A fui à l’étranger le 28 frim. IL Etait pilote côtier en prair. X, sur la frégate le Boston des Etats-Lnis d’Amérique. E4 ; L. 296, 349 ; M ; M6 n° 1163./* Beaussier Antoine, fils du préc 1. 22 vend. III. Ei./ »Beaussier François, frère du préc’, 21 ans, marin. 22 vend. III. A prêté serment de fidélité à la Constitution de l’an VIN, le 27 fruct. X, devant le maire de la Seyne. E4 ; M ; M6 n° 1164./ »Beaussier Sauveur, frère du préc’. 22 vend. III. E4./Beaussier Jacques-Maurice, 41 ans, capitaine marchand. M2 n°623 ; M6n°908./* Beaussier Jean-Louis, forgeron. 22 vend. III. A émigré le 28 frim. IL Rentré en France le 28 vent. III. E4 ; L. 347 ; M5 n 03 77, 92./Beaussier Marie-Claire, née Fleury. M ; M5 noa 167, 245./* Beaussier Mathieu, dit Lingoston, 39 ans, [capitaine marchand. 22 vend. III. A fui à Toulon en août 1793,à l’étranger le 28frim. II. E4 ; L. 348 ; M2 n° 131 ; M6 n° 176.

Plus près de nous :

Un Beaussier Antoine fut désigné en 1801 Guetteur à la Vigie du Cap Sicié.

-1827 – ACHAT DU NOUVEAU CIMETIERE DE LA SEYNE. Il est acheté 600, 00 francs à M. Beaussier, héritier de la demoiselle Pascal. La nature des terrains (achetée à Beaussier et Hermitte), exigera des travaux de défoncement pour faciliter le creusement des fosses (1836). LB

« Au XVIIIe siècle…nous trouvons…dans le quartier chic de l’ Avenue du Port (Saturnin-Fabre) et du quai du Regonfle (Gabriel-Péri) une famille de Ferry (des maîtres verriers), des Denans (officiers de marine), des Daniel, des Beaussier, des Pourquier (armateurs), des Lauzet (chirurgiens), des Curet (constructeurs navals), etc. » LB

Antoine Gustave Beaussier pharmacien, 1804-1886, fils de Joseph Sauveur Beaussier (1775.1825) le pharmacien qui fonde la pharmacie Beaussier en 1815.

Il eut un fils Hyacinthe André Gustave Beaussier (1840-1886) qui sera le premier pensionnaire du collège des Maristes, deviendra médecin de la Marine.

01 mars 1849 : les deux premiers pensionnaires de Ste Marie*, Hyacinthe André Gustave Beaussier et Joseph Revertégat dorment dans la vieille bâtisse le soir même. Ils seront rejoints par Victor Argentery, Joseph Clappier, Hyacinthe Agarrat, Sébastien Sénès, Edouard Daniel*, Jean Martinenq et Jules de Lisa. Ils appartiennent tous à des familles de notables locaux. Clappier est le fils d’un haut magistrat, ancien député du Var, Jules de Lisa, fils du sous- préfet, Martinenq et Daniel sont issus des plus anciennes familles de la ville.

L’autre fils d’ Antoine Gustave, Alexandre Joseph Beaussier* (1853-1910) sera aussi pharmacien.

Alexandre Beaussier


concession perpétuelle – acquise par Monsieur Gustave, Antoine Beaussier, pharmacien, enregistrée le 14 novembre 1867 

Lui aura un fils Charles Eugène Félix Beaussier* (1889-1916) mort pour la France.

Sources

Louis HONORE : L’Émigration dans le Var (1789-1825) SOCIETE D’ETUDES SCIENTIFIQUES & ARCHEOLOGIQUES DE DRAGUIGNAN (https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57384397/texteBrut n°475)

Archives I.S.M

Histoire générale de La Seyne sur mer Louis Baudoin LB

Jean DENANS, 1707/1711, op. cit.

Généanet

Images de la vie seynoise d’antan – Tome IV (1992) : www.site-marius-autran.com

4 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *