La Seyne était déjà bien éprouvée par les bombardements du 29 Avril 44…Le 17 Août de la même année les chantiers navals de La Seyne furent entièrement détruits par les mines allemandes….

La Seyne était déjà bien éprouvée par les bombardements du 29 Avril 44…Le 17 Août de la même année les chantiers navals de La Seyne furent entièrement détruits par les mines allemandes…. « Deux jours après le débarquement en Provence, les chantiers navals de La Seyne sont anéantis par les Allemands en pleine déroute. Le 17 août 1944, ils font sauter les 197 charges qui piègent les quais, les bâtiments, les grues, etc. Les chantiers – ainsi que la ville – occupés depuis novembre 1942 et le sabordage de la flotte de Toulon, sont dirigés par un Allemand. Apprenant que toute sa famille a été tuée dans un bombardement sur la Ruhr, il donne ordre à son état-major de tout détruire et se suicide. Tous les outils de production, les quais, les hangars et les habitations riveraines sont anéantis. Libérée le 26 août, la ville est toute à reconstruire. Au lendemain de la guerre, les chantiers sont déblayés et surtout déminés. Ce désastre permettra à la société des Forges et chantiers de la Méditerranée de moderniser ses infrastructures et de mettre à l’eau très rapidement les premiers navires de l’après-guerre ».

(Var-Matin 9 Septembre 2012)

« Aux environs du 15 Août 1944 se nouait le sort tragique des chantiers seynois car l’impitoyable directeur nazi qui dirigeait les préparatifs de destruction fut informé que tous les membres de sa famille venaient de mourir au cours d’un bombardement de la Rhür.

Il se suicida après avoir confirmé les consignes de leur Etat major de ne se retirer des chantiers qu’après les avoir totalement détruits.

La résistance aux exigences des occupants allemands s’est concrétisée par des sabotages audacieux adroitement organisés par Monsieur VEYSSIEIRE, Sous Directeur, pendant que Mr. CHEVALIER, Directeur, négociait pied à pied avec les nazis,  le maintien des ouvriers et des machines à La Seyne.

Grâce à ces actions patriotiques, les F.C.M. ne produisirent presque rien pour les allemands et sitôt leur départ et malgré les privations, les problèmes d’approvisionnement, tous ensemble trouvèrent la force de  reprendre leur activité à un rythme élevé.

Monsieur VEYSSIERE avait des contacts secrets avec les résistants français et  la CGT clandestine pour tenter d’atténuer le désastre que les occupants s’apprêtaient à commettre mais sans résultat en raison de manque de moyens. 

Des soldats de la Wehrmacht veillaient partout et la population  comme le personnel étaient complètement désarmés !

Aucun commando de patriotes n’était malheureusement présent  pour tenter d’entraver la lâcheté de cette mise à mort.

C’est le 17 Août 1944 après midi  que les artificiers allemands ont mis méthodiquement en œuvre le plan diabolique de destruction totale qu’ils avaient préparé de longue date et qui visait à dynamiter, sans exception, la totalité des installations de ce fleuron de notre industrie nationale.

-Destruction des chantiers

 197 mines ruinèrent systématiquement non seulement  la presque totalité des bâtiments soit 69.000 mètres carrés sur les 71.000 couverts mais aussi tous les équipements, la darse, les quais jusqu’ à ceux du port de la ville, et les habitations du front de mer ! 

Les grandes nefs s’effondraient sur les puissantes machines déjà démantelées et cette vision de cauchemar a atteint son paroxysme lorsque furent projetées, une à une, dans la darse aux quais détruits les grues TITAN  et le colossal ponton mâture ATLAS qui étaient l’image symbolique des constructions sur cales, elles aussi éventrées !

-Destruction du port de la Seyne

Comparable aux effets des bombardements que la Ville avait connus, ces funestes explosions ont parcouru le site d’Est en Ouest des ateliers de MOUISSEQUES, les sous stations électriques jusqu’ au symbolique pont basculant DAYDE dont la chute devait clôturer cette infamie !

Mais il est resté debout comme pour narguer la fuite des artificiers qui s’éloignaient, leur sinistre tâche accomplie,  sur une vedette à moteur et matérialiser le renouveau. 

Et moi, tout jeune mais fier d’être admis parmi les stagiaires de cette industrie centenaire où les miens ont fait carrière, les larmes aux yeux  mais surtout la rage au cœur, je fus le témoin oculaire de ces actes diaboliques et terrifiants  qui se sont à jamais gravés dans ma mémoire d’adolescent.

Le 26 Août les Thabor et les Sénégalais de l’Armée française prennent d’assaut  les  Forts Napoléon et Balaguier, un siècle et demi après l’illustre exploit du capitaine Bonaparte et ils libèrent nos chantiers qui, dans nos pensées n’existeraient plus que de nom !  

Et bien Non ! »

…Forges et Chantiers de la Méditerranée ( 1914-1966)

Jean-Pierre Guiol

https://sites.google.com/site/guioljeanpierre/conferences/construction-navale-a-la-seyne-sur-m/forges-et-chantiers-de-la-mediterranee-1914-1966

La Seyne en 1900 Jean-Christophe Vila Sur le blog de Marc Vuillemot : « Les troupes alliées organisent l’encerclement de Toulon. C’est la 9ème Division d’Infanterie Coloniale qui libère La Seyne. Il fallut réduire les batteries de Brégaillon, de Mar-Vivo ; les forts Napoléon et Balaguier ; la formidable batterie anti-navale et anti-aérienne du Peyras. Le 21 août voit la fusillade du poste de police, boulevard du 4 septembre. Le 27 août, la presqu’île de Saint-Mandrier reste la seule position qui désespérément résiste. L’Amiral Ruhfus et son état-major y sont réfugiés. Sur la demande du colonel Puloch du Régiment d’Infanterie Coloniale du Maroc, il se résout à capituler. »
La Seyne en 1900 Mai 45 : capitulation du Troisième Reich. Les boches déguerpissent avec armes et bagages…La photo est légendée « char allemand après reddition St Mandrier aux Sablettes / corniche » (collection privée)
21 Août 44 soit 4 jours après la destruction du port et des chantiers navals, (https://youtu.be/iib5WKMNJdg)
au poste de police de la place Germain Loro, trois policiers Seynois sont abattus par les allemands…
Marcoul Maurice, Franceschini Xavier, Brès Jacques…
2020
2020
2020
close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *