« Oh toi, la Mer… qui prend l’Homme au point de l’aliéner…

Son regard ostensiblement se tournera vers le Ponton…

Ponton pied de nez, ponton pied de grue …

C’est comme si la Terre Ferme tirait la langue à la Grande Bleue ou à la Petite Verte, la lagune…

C’est la pelle du Grand Large avec son Poteau, toujours son  amical soutien, souvent son frère d’arbre… 

Le rêveur, lui, reste en rade et chante leurs louanges; en homme libre et nostalgique il chérira l’Amer; il sait qu’il lui faudra immanquablement se mettre en quête d’un hâvre de paix, voire d’un asile selon ses proches…

J’m cmprnds !

                                  « Samuel Beckett » (attribué à…)

Pontons de Brégaillon : cherchez l’intrus…
Annette Tilly Maurin La photo du haut à gauche est prise à Tamaris et non à Brégaillon
imprimeur : Azémard Cousins Nîmes
illustrateur : Charly Blocteun
Années 20

Pontons de Brégaillon, Balaguier, Tamaris (La Seyne)

close

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *