Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le Casino de Mar Vivo sans jamais avoir osé le demander…

https://youtu.be/XEnNgYCFocw



Dans les années 30, le casino de Mar Vivo a failli ouvrir. Sur certaines vieilles cartes postales, on peut lire  »Notre Dame de Mar-Vivo et le casino ». Mais il n’a pas vu le jour non plus, trop près de l’établissement des Pères Maristes. «Selon une loi napoléonienne, un  »tripot » ne pouvait voir le jour à moins de 100 mètres d’un édifice religieux. La propriétaire du casino des Sablettes a donc racheté la chapelle du Sacré-Coeur de Mar-Vivo et fait appliquer cette loi, interdisant, du même coup, la construction d’un établissement concurrent».



Dans les années 1930, il fut question de construire un casino concurrent de celui des Sablettes sur la plage de Mar-Vivo, à côté de l’établissement des Pères Maristes. 
Edmond Bouchard, ancien artiste dramatique et chirurgien dentiste à Paris puis à Bergerac (où il exploite le domaine de Padisseau) vient s’installer à la villa Desirado à Mar Vivo. 
Après avoir ouvert un café donnant sur la plage, les « Flots bleus », il projette d’ouvrir une salle de jeux. 
Mais la chapelle du Sacré-Cœur de Mar Vivo (petite église construite à l’initiative de l’abbé Vicart qui habitait au 14 de l’allée de Mar Vive) sous l’autorité de Monseigneur Mignot, inaugurée le 25 mars 1897) est alors rachetée par la propriétaire du casino des Sablettes (en 1933) qui fait appliquer une loi napoléonienne interdisant l’établissement d’un « tripot » à moins de 100 m d’un lieu de culte… 
Ce qui permet d’empêcher définitivement la construction de ce casino concurrent sur la plage de Mar-Vivo…

Sources : 
-Histoire des casinos de La Seyne : Les Sablettes, Tamaris, Le Manteau Jean-Claude Autran  
-Delattre (Gérard) et Saliceti (Pierre), Les monuments religieux de l’ouest-toulonnais , Cahiers du Patrimoine Ouest Varois N° 5/6 (Tome II), Éditions du Foyer Pierre Singal et Centre Archéologique du Var (2002), p. 392. (Chronologies rassemblées par Henri Ribot).
-Expo du Musée de Balaguier sur les casinos (jusqu’au 1er Septembre 2019)

close

2 comments

  1. les problèmes actuels de la plage de Mar Vivo sont dus à l’emprise sur la plage de tous les murs, maison du Casino, parapet, Blockhaus qui, faisant obstacle à l’étalement des vagues par tempêtes de Sud, créent un ressac qui enlève le sable. La vidéo Mar Vivo est très révélatrice à cet égard ; 1’07 construction sur la plage de la maison « Casino » ; 1’13 construction des murs sur la plage, sable et bambous derrière ; 1’30, 1.39 « casino » sur la plage ; 1.46, début de construction du parapet, en alignement avec maison du casino, sur la plage ; mur sur la plage, chemin sur le sable derrière le mur et qui dessert le portail blanc avec sortie en direction des Sablettes ; 2.57, 3.19, 3.50 emprise du château de Mar Vivo sur la plage, 4.0, poteaux électriques sur la plage devant le mur avec remblaiement de pierriers pour protéger l’ensemble, le comble. Les études de courantologie qui expliquent que le sable part vers les Sablettes n’en sont que la conséquence, la part plus importante de sable qui se trouve de fait sous l’eau augmente d’autant la quantité de sable potentiellement transportable par les courants.

    1. Merci de vos réflexions sur le problème de Mar Vivo. J’ai 60 ans de pratique intensive de MV, à raison d’une centaine de traversée de la baie à la nage par ans. Pendant une vingtaine d’années je pratiquai la baie quasi quotidiennement été comme hiver (véliplanchiste, bodyboard). J’ai connu MV avant les digues immergées et j’ai des anecdotes incroyables pour qui ne les auraient pas vécues, de Mar Vivo la furieuse à Mar Vivo le terrain de volley les pieds dans l’eau sur 30 m de largeur au delà d’une grande plage où plusieurs rangées de serviettes étaient étalées…Quant aux fameuses études de courantologie probablement élaborées dans des open-spaces climatisés et éclairés par des néons, elles furent la risée de tous les pêcheurs et habitués de la baie, de St Elme en particulier. La problématique n’est que financière !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *