Qui sont les vendeurs du moulin à huile acheté par Paulin GROS et de qui le tenaient-ils ?

Antoine André Romain Denans et Jean Joseph Sénès.

Jacques André Sénès, célibataire et propriétaire de la compagnie des bateaux à vapeur qui faisaient la traversée La Seyne – Toulon, lègue ses biens, à son décès en 1863, à ses neveux J.J.Sénès (fils de son frère J.J.M Sénès) et A.A.R Denans* (le fils de sa soeur V.M épouse Denans). 
Les deux cousins germains vendront cet héritage à M. Paulin Gros en 1865.

(A partir de l’acte de vente de 1865 Sénès – Denans / Gros) 

Louis Baudoin dans son Histoire de La Seyne écrit ceci à propos de la rue Evenos : 
« Au XVIIIe siècle, cette artère s’appelait « rue Denans ». Nous ignorons de quel Denans il s’agit pour cette rue mais c’est un nom qui appartient à une très ancienne famille du pays, tirant ses origines de Six-Fours ; il est spécifiquement du terroir et entre dans la catégorie de ces noms qui sont particulièrement attachés à une localité. Un quartier Denans existe à Six-Fours ». 

Le manuscrit de 1713 sur l’histoire de La Seyne perpétue le souvenir de son auteur Maître Jean Denans, notaire et viguier à La Seyne.

L’acte de vente de 1865 Sénès – Denans / Gros stipule :

Le 22 juillet 1865 (…) M Antoine André Romain Denans docteur en médecine domicilié à Marseille et M. Sébastien Jacques Clément joseph Marie Senès employé de la compagnie des F&C de la Méditerranée, domicilié et demeurant à La Seyne vendent à Joseph Paulin Gros maitre mécanicien, domicilié et demeurant à La Seyne, 
premièrement : ledit Denans : une cour avec des magasins ou cabanons à rez-de-chaussée le tout situé à la seyne tenant de l’ouest et du nord aux rues du saint-esprit et de l’hôpital et contigu au moulin à huile ainsi qu’à la bâtisse qui servait autrefois de chais ci après désignées
et secondement : le dit Senès : un moulin à huile et une bâtisse qui servait autrefois de chais composée ensemble d’un grand bâtiment à un étage sur rez de chaussée située à la seyne rue Séminaire. La dite cour avec magasin ou cabanon le dit moulin à huile et la dite bâtisse qui servait autrefois de chais confrontent ensemble du levant la dite rue Séminaire du midi Coupini et une maison appartenant au dit M Senès du couchant la dite rue du Saint Esprit du nord la dite rue de l’hopital et autres confronts plus vrais s’il en existe.
Ces mêmes immeubles qui font l’objet de la présente vente ont été adjugés conjointement aux dits Ms Denans et Sénès suivant procès verbal d’enchères devant M Germondy juge au tribunal civil de Toulon en date du 3 mai 1864 dûment enregistré (…) par licitation des biens dépendant de la succession de feu M Jacques André Sénès* leur oncle germain vivant propriétaire et gérant de la compagnie des bâteaux à vapeur de la Seyne à Toulon. Par acte de partage passé entre les deux vendeurs sus nommés en date du premier septembre mil huit cent soixante quatre, nous notaire dûment enregistré il a été assigné savoir : la dite cour avec magasins ou cabanons au dit M. Denans et le dit moulin à huile ainsi que la dite bâtisse qui était autrefois un chai au dit M. SJCJM Sénès (…) Pour le prix à savoir : quant à la cour avec magasins ou cabanons vendue par le dit M Denans de 1500 francs et quant au Moulin à huile et à la bâtisse qui servait autrefois de chaix vendus par le dit M. SJCJM Sénès , 4000 francs ce qui fait en tous 5500 frcs que le dit M. Gros acheteur sera tenu de payer ainsi que la dite dame Daniel son épouse s’y oblige pour lui (…) dans le délai de trois mois.

A propos de J.A (Jacques André) Sénès* propriétaire et gérant de la compagnie des bateaux à vapeur de la Seyne à Toulon : 
« il ne nous faudra que peu de temps pour parcourir ses rues passablement alignées, son petit cours, son large quai, pour visiter sa jolie église, son ancien couvent de capucins, dont les bâtiments servent de petit séminaire , son hospice non loin d’une vieille chapelle de pénitents, son moulin à blé mu par la vapeur, son chantier de construction pour des bâtiments de commerce. Un service régulier entre Toulon et la Seyne est établi au moyen des bateaux à vapeur qui partent d’heure en heure chargés plus ou moins de passagers et de menues denrées. » (Promenades dans Toulon ancien et moderne par H. Vienne , archiviste de la Ville dédiées aux Toulonnais. Toulon, 27 décembre 184o) 

A propos de A.A.R (Antoine André Romain) Denans* : Il est le fils de P.J.A.T Denans, (né à La Seyne, commis dans l’administration de la marine et de Victoire Sénès), lui même fils de J.R Denans* avocat, (fils d’Antoine Denans) assassiné en 1792 à Toulon en tant qu’accusateur public.
A propos de J.R Denans* : Joseph Romain Denans de La Seyne (où il y exerçait la profession d’homme de loi), « une des premières victimes de la révolution », fut assassiné à Toulon, massacré à coups de sabre et pendu ensuite par un pied à une lanterne de la place Puget qui, en 1792, s’appelait « la place aux Voitures » lieu de départ et d’arrivée des grandes diligences. (http://www.jlcuret.lautre.net/indiv/denans/MAVIDNS15.html).

Romain était son petit fils.


Sources :
Archives du Var 
(recherches de Ludivine rembobine)
Louis Baudoin : Histoire générale de La Seyne-sur-Mer
jlcuret.lautre.net
geneanet.org
H. Vienne : Promenades dans Toulon ancien et moderne

close

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *