Sans transition, une page de publicité…

Notre intrépide comte Henri de La Vaulx*, celui-là même qui choisit la plage des Sablettes comme base de lancement pour sa tentative de traversée de la Méditerranée en ballon en 1901, a un secret : il carbure au Coca Mariani, le Red Bull de son époque !

« Quand, à travers mes chevauchées aériennes au milieu de la froide monotonie des longues nuits d’hiver je veux lutter contre la fatigue ou le sommeil je bois un verre de coca Mariani ». Henri de La Vaulx
Les Sablettes de nuit au moment du « Lâchez tout! »
Le coca Mariani : Un vin tonique élaboré à partir de feuilles de coca moulues et de vin rouge de Bordeaux. 

« La délicieuse préparation inventée en 1863 promettait de guérir tout ce qui vous faisait mal et de donner l’énergie nécessaire aux actrices, aux inventeurs et aux travailleurs.

Alexander Dumas, Emile Zola, les présidents William McKinley et Ulysses S. Grant, ainsi que d’innombrables monarques, dont la reine Victoria d’Angleterre, étaient passionnés de cette boisson. En outre, l’actrice Sarah Bernhardt et le pape Léon XIII (qui lui a décerné une médaille d’or!) figuraient parmi les nombreux annonceurs ».

« La prise de conscience dans le monde entier que la cocaïne, considérée jadis comme une drogue miracle par la communauté médicale, était en réalité une drogue dangereuse, loin d’être une panacée, les ventes se sont vu abolir aux États-Unis avec le Harrison Narcotics Tax Act de 1914, qui a encore limité la commercialisation de cocaïne et de produits à base d’opiacés.

Alors que Angelo Mariani gagnait une fortune, que le New York Times qualifiait de «probablement le premier millionnaire de la cocaïne au monde», l’un de ses concurrents produisit l’une des boissons les plus célèbres au monde. C’est là que la montée et la chute de Vin Mariani prend une tournure ironique.

John S. Pemberton, un pharmacien basé à Atlanta, était l’un des imitateurs américains de Mariani.

Le French Wine Coca de Pemberton, qui a fait ses débuts en 1885, a connu un succès modéré. La boisson était alcoolisée, bien que la source nationale exacte de son vin ne soit pas claire.

La même année, Atlanta et le comté de Fulton ont adopté une loi édictant une interdiction locale de vendre de l’alcool qui devrait entrer en vigueur l’année suivante. 

Pemberton s’efforça de retirer l’alcool de sa boisson. Il a baptisé son nouveau produit sans alcool Coca-Cola ». 

En 2014, Christophe Mariani, restaurateur à Ajaccio, en accord avec la famille d’Angelo Mariani, le créateur du breuvage, a relancé la production du vin Mariani, mais avec une formulation décocaïnisée, et choisit le Vermentino comme cépage…

Sources :

L’HISTOIRE DE LA PREMIÈRE BOISSON À LA COCA*

coca-cola-france.fr/histoire

vin-mariani-bordeaux-coca

Wikipedia

close

1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *