C’est le 6 Janvier 1907 au Château du Manteau que Michel Pacha s’éteignit à l’âge de 88 ans. 

Les obsèques (La République du Var)

Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.29.28
Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.29.47
Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.30.07
Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.30.19
Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.29.28 Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.29.47 Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.30.07 Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.30.19

9 Janvier 1907. Le cortège s’ébranlera en début d’après-midi à partir du portail monumental du château à Tamaris pour accompagner son Excellence dans sa dernière demeure au caveau familial de Sanary…

« Les autorités locales, nationales et même internationales lui firent des obsèques grandioses. 

Les obsèques officielles de Michel Pacha se déroulèrent le 9 Janvier. Le portail monumental dont nous parlions au début de notre récit vit franchir le char funèbre en début d’après-midi.

Les lions de pierre qui, du haut de leur socle blanc, se faisaient face dans une attitude hiératique, virent sortir leur maître pour la dernière fois. Le cortège se forma devant l’entrée où des candélabres voilés de deuil avaient été allumés.

Le  somptueux corbillard tiré par quatre chevaux drapés de noir avait arboré ses attributs des plus grands deuils avec les plumets noirs, des tentures chamarrées de galons d’argent.

Derrière la famille du défunt, des religieuses en grand nombre, des prêtres, des personnalités de haut rang qu’il serait bien long d’énumérer. De fortes délégations de pays étrangers au premier rang desquelles on pouvait distinguer le Consulat de Turquie. Suivaient des délégations de tout le personnel de la propriété personnelle de Michel Pacha ainsi que des stations de Tamaris et des Sablettes.

À 13 h 15 précises, le cortège s’étant formé définitivement aux Sablettes, la longue colonne s’ébranla en direction de Sanary. Une compagnie d’infanterie l’escortait, les fusils pointés vers le sol en signe de deuil.

Tout le monde n’aurait pas pu franchir à pied la distance de Tamaris à Sanary, surtout parmi les officiels vénérables.

Alors plus de cent véhicules furent mobilisés et suivirent le corbillard.

Sur tout le trajet depuis le point de départ jusqu’aux Sablettes, tous les bâtiments, l’Institut de biologie, les usines, les hôtels, les ports, les bateaux portaient des drapeaux en berne.

Le professeur Raphaël Dubois prononça un éloge funèbre poignant. » 

Biographie de Michel Pacha par Marius AUTRAN

Éloge panégyrique (La République du Var)

Capture d’écran 2021-01-05 à 20.24.46
Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.25.00
Capture d’écran 2021-01-05 à 20.24.46 Capture-d’écran-2021-01-05-à-20.25.00

Le télégramme…

82589233_2752785014787722_3011215306531012608_o
82678462_2752785001454390_4862968165321146368_o
82589233_2752785014787722_3011215306531012608_o 82678462_2752785001454390_4862968165321146368_o

Sources :

Textes extraits de :

Archives nationales d’outre-mer François Pourcelet CNRS-Université de Provence sous la direction de Françoise Durand-Evrard Conservateur général du Patrimoine

Biographie de Michel Pacha par Marius AUTRAN

Conférence de Gustave Peronet (13/02/1984)

close

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *