1878 : Une idée qui fait son chemin

Le 8 avril 1878 Le père supérieur J.M Quinson évoque les nombreux anciens Élèves 

« qui vinrent spontanément célébrer avec nous, le 21 avril 1877, la Fête du Patronage de Saint-Joseph ».

Il lance l’invitation à les réunir, le dimanche, 12 mai 1878, Fête de Saint-Joseph, avec leurs anciens Maîtres et anciens condisciples,

 » tous seront heureux de vous revoir, de goûter avec vous les charmes de l’amitié renouvelée, de réveiller les précieux et féconds souvenirs d’un passé que votre cœur n’a pas oublié, en un mot de faire la douce expérience de cette vérité de nos saints Livres : 

QUAM BONUM ET QUAM JUCUNDUM HABITARE FRATRES IN UNUM! » 

(Livre des psaumes, psaume 132 : Voyez comme il est bon et comme il est agréable d’habiter en frères, d’un seul cœur !)

Et encore :

« les anciens Élèves présents à la fête du 12 mai 1878, pourraient être invités à poser les bases de l’Association, et nous serions heureux de leur offrir notre concours pour l’organisation de cette Œuvre de bonne fraternité »

12 mai 1878 : La première réunion officieuse  

Le 6 mai 1878 : l’abbé Daniel du clergé de Toulon, resté l’enfant reconnaissant et l’élève toujours dévoué des bons pères maristes de La Seyne, faisait mention, dans un courrier, d’ une convocation des anciens élèves (dont il fit partie) à la fête patronale de St Joseph du 12 mai 1878.

Fête du 12 mai 1878

1878 projet AAE
9655A76F-1D43-45B0-8D36-8338B4E2DCD2_1_105_c
1878 projet AAE 9655A76F-1D43-45B0-8D36-8338B4E2DCD2_1_105_c

La première réunion officieuse des anciens élèves est donc organisée le 12 mai 1878.

« 120 anciens élèves avaient annoncé leur arrivée et certains des localités les plus éloignées »

Le 22 mai 1878, un autre ancien élève, Victor Audibert devenu avocat, retranscrit par lettre au révérend père supérieur l’intégralité de son compte-rendu dithyrambique de la fête du 12 mai 1878, qui a été publié tronqué dans « La Gazette » :

Au milieu des drapeaux, des oriflammes et des guirlandes de verdure, on remarquait une bannière sur laquelle se lisait cette inscription portée par un magnifique étendard de soie bleue flottant sur la façade principale

« Aux anciens, salut »… 

C’est l’abbé Daniel qui chanta la messe,… 

« un banquet splendide, des toasts nombreux (dont celui du vicomte Bienvenue d’Estienne d’Orves et bien sûr  du R.P. Quinson le père supérieur), des applaudissements et des acclamations unanimes… »

« L’après-midi tous les anciens se sont réunis de nouveau pour poser les bases d’une association, destinée à perpétuer parmi nous les bonnes relations de vieille amitié et de camaraderie et à assurer l’avenir des enfants des membres qui pourraient être dans le besoin »

« Quant aux jeunes élèves…en quittant le collège, ils tiendront en honneur de suivre l’exemple de leurs devanciers, de faire partie de la nouvelle association des anciens de La Seyne…la grande et noble tache qu’ils se sont imposés à 

« l’instruction et l’éducation chrétienne de la jeunesse française »

Un Comité de huit Membres doit diriger l’Association composée de 195 membres; il est procédé au scrutin. Sont élus :

MM. d’Estienne d’Orves Bienvenu, président, Aurran Raymond trésorier, Gérard Félix, l’Abbé Daniel Charles, Audibert Victor, Pélissier A.-M., Nègre Émile, et Ll’Abbé Agarrat Hyacinthe.

« Nous indiquons, dans ce premier Bulletin, les bases principales de l’Association acceptées par l’Assemblée générale du 12 mai; la rédaction définitive des Statuts sera faite d’un commun accord par le R. P. Supérieur et le Comité; le Comité fera ensuite les démarches nécessaires pour obtenir l’autorisation administrative qui constituera légalement l’Association ».

C’est donc le 12 mai 1878 que l’Assemblée générale posa les bases du projet d’association.

Sur les fonts baptismaux

40E16F94-DB9D-4FA1-A8D5-3480F037A80E_1_102_o
4135E40D-1B64-4CC3-951C-8F22F4700E4C_1_102_o
C28B9814-B4CC-4152-B6E0-03418D715A94_1_102_o
CB1FBB9C-2120-4850-8967-0245E844BFB0_1_102_o
40E16F94-DB9D-4FA1-A8D5-3480F037A80E_1_102_o 4135E40D-1B64-4CC3-951C-8F22F4700E4C_1_102_o C28B9814-B4CC-4152-B6E0-03418D715A94_1_102_o CB1FBB9C-2120-4850-8967-0245E844BFB0_1_102_o

Le brouillon des statuts en 1878

1879 : Une première avancée 

Le 8 février 1879 le père supérieur J.M Quinson rédige pour Messieurs les membres du comité de l’Association des anciens élèves de l’Institution Ste Marie un modèle de lettre à envoyer à M. Le préfet du Var, à savoir la demande d’autorisation  d’une association accompagnée de ses statuts définitifs. Les 8 membres en sont :

M. Louis d’Estienne d’Orves, ingénieur, La Seyne / M. Alexandre Pélissier, avocat, 13 rue Haxo Marseille / M. Félix Gérard, caissier principal à la Banque de France, Marseille /  M. Emile Nègre, propriétaire rentier, quartier des moulins, à Monaco / M. l’Abbé Charles Daniel, vicaire à  Cannes / M. Raymond Aurran, ancien officier de Marine, propriétaire à la Décapris par Sauvebonne près Hyères (Var) / M. l’Abbé Hyacinthe Agarrat, vicaire à St Louis, Toulon, un des 7 premiers externes de Ste Marie / M. Audibert Victor, notaire, La Seyne.

20 juin 1888 : L’AAAE est officiellement reconnue 

1888 Les statuts

AAAE
9FD5E28A-AB14-476B-BB5D-F9CE2D291A4D_1_201_a
9ABA20CE-B4D7-4F7B-A839-D5F338E3781D_1_201_a
294A6337-6B37-4749-9E21-73A2158B7391_1_201_a
FB50C08E-AC31-4F4B-8A5A-29FC8600975B_1_201_a
7C9944BE-E0D7-4BC2-90F3-078A48F65AD2_1_201_a
518842B1-CC0B-448C-B2E4-FB72CA3ADE79_1_201_a
AAAE 9FD5E28A-AB14-476B-BB5D-F9CE2D291A4D_1_201_a 9ABA20CE-B4D7-4F7B-A839-D5F338E3781D_1_201_a 294A6337-6B37-4749-9E21-73A2158B7391_1_201_a FB50C08E-AC31-4F4B-8A5A-29FC8600975B_1_201_a 7C9944BE-E0D7-4BC2-90F3-078A48F65AD2_1_201_a 518842B1-CC0B-448C-B2E4-FB72CA3ADE79_1_201_a

Nous Préfet du Var,

…la création à La Seyne d’une association sous le nom d’association amicale des anciens élèves de l’institution Ste Marie de La Seyne est autorisée

Draguignan, le 20 juin 1888. 

Le Préfet du Var, Signé : E. AUSSET. Pour copie conforme : Le Secrétaire Général, EUG. DENEUX.

Dans les statuts :

 ARTICLE PREMIER. – Les Anciens élèves de l’Institution Sainte-Marie forment une association dans le but d’entretenir leurs relations amicales réciproques. et leurs bons rapports avec leurs anciens Maîtres; 

– d’établir entre eux un échange de bons offices, les plus anciens servant de guides et de protecteurs aux plus jeunes; 

– de venir en aide à leurs camarades éprouvés, surtout en les aidant pour les dépenses nécessaires à l’éducation de leurs enfants.

12 mai 1889 : la première assemblée générale 

« Après quelques longues années pendant lesquelles les événements avaient empêché l’Association Amicale des anciens Elèves de l’Institution Sainte-Marie de prospérer comme tout le faisait prévoir lors de la première réunion en 1878, un nouvel essor vient de lui être donné ».

Le 12 mai 1889, soit 11 ans après la première réunion, se tient la première assemblée générale. 

« De nouveaux statuts sont rédigés en 11 articles; ils précisent le premier projet du point de vue administratif et financier. Les buts de l’Association sont en plus d’assurer la fidélité des Anciens aux principes moraux et religieux puisés dans l’enseignement du Collège et exciter l’émulation des élèves de l’Institution par la fondation de prix. »

Cette fois-ci c’est un comité de 12 membres au lieu de 8 qui administre l’association. A la fête suivante du Patronage de Saint-Joseph, 101 anciens prirent part à la réunion. 

« les statuts que nous avons adoptés ont été autorisés par arrêté préfectoral en date du 20 juin dernier (1888) ».

Au vote pour l’élection du comité sont élus : 

Victor Argentery négociant; Félix Gérard caissier principal de la banque de France; Raymond Aurran, lieutenant de vaisseau en retraite; Emile Nègre, propriétaire;  Alexandre Pélissier, Avocat; Ernest Blancard négociant; Louis d’Estienne d’Orves propriétaire; Victor Audibert, notaire; Charles Duroc, Capitaine de Frégate; Louis Aillaud, capitaine-directeur d’artillerie; Charles Seguin, avocat; Hyacinthe Agarrat, pro-curé.

De 350 membres en 1889, l ’association passera à 425 en 1892.

« Puissent ces pages faire aimer aux Anciens leur Association et leur rappeler qu’ils y trouveront toujours une aide fraternellement chrétienne » 

écrira plus tard Adrien Bouvet (S.M.)

« En organisant à nouveau l’Association des Anciens « de Sainte-Marie de La Seyne, vous réalisez la plus chère de mes pensées. Ma douleur fut grande quand je vis que les évènements politiques menaçaient d’étouffer dans son berceau notre œuvre naissante. Aujourd’hui ma joie est grande en pensant que grâce au ciel, à votre zèle et au bon cœur de nos chers anciens, cette œuvre va reprendre une nouvelle vie. » (Toast du R. P. Quinson)

 « Le cléricalisme, voilà l’ennemi » (Léon Gambetta 4 mai 1877)

La menace d’interdiction de l’enseignement pour les congrégations religieuses sera écartée de haute lutte par la sécularisation* des maristes en 1880.

L’Eglise de France se ralliera au régime républicain, ce qui atténuera quelque peu la politique anti religieuse de l’état. 

1900 : à la fête des anciens à Mar-Vive* : 

 2 sons de cloche, le corporate et le laïcard :

-« Les élèves, les anciens élèves s’embarquent joyeusement et le bateau lève l’ancre. La fanfare joue « Le Défilé de la Garde Républicaine. » Nous traversons la grande rade. La mer est calme. De leurs petites barques, les pêcheurs qui grattent le fond de la mer avec leurs longues fourchettes recourbées s’arrêtent et nous contemplent avec étonnement : des collèges de jeunes gens se voient assez souvent, mais des collèges d’hommes mûrs, d’officiers, de magistrats ! »

-« …des fils de la petite bourgeoisie seynoise, des enfants de commerçants cossus, d’artisans, de médecins, d’ingénieurs, vêtus d’un costume bleu marine à boutons luisants, coiffés d’une belle casquette avec galon doré ce qui faisait dire aux gens de condition modeste dont j’étais que ces collégiens seraient un jour des officiers de marine.

Hélas pour nombre d’entre eux, ce ne fut pas le cas et démonstration fut apportée plus tard que nos écoles laïques dispensèrent un enseignement de haut niveau puisqu’elles sont devenues les écoles de la République tout entière ».  

(Images de la vie seynoise d’antan – Tome VI (1997) Marius Autran)

1901 : La loi sur les associations ne touche pas l’établissement « sécularisé* » (voir les subtilités entre…) mais les religieuses trinitaires sont expulsées*.

1905 : La loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat, votée en décembre 1905, touche le collège, non en tant qu’établissement secondaire mais comme bien ecclésiastique.

1914 : La guerre et ses conséquences sur Ste Marie*

1921:  Création de la Société Immobilière Provençale

La Société Immobilière créée le 1er décembre 1921 (en l’étude de Maitre Ollivier, ancien élève, notaire de La Seyne) est constituée, outre Léonce Rimbaud*, par Auguste Kauffer, ingénieur aux Forges et Chantiers, Marius Tholance*, docteur en médecine, Jean-Baptiste Gros, propriétaire et négociant en huiles, Paul Giran, ancien receveur municipal et négociant en bois, Frédéric Ventre, ancien greffier en chef et Paul Caffarena. Tous ont été élèves au collège et participent activement à l’Association des Anciens Elèves de l’Institution dont Léonce Rimbaud est le président.

1922 : I’Institution confisquée comme bien religieux est vendue aux enchères par la direction des domaines. 

L’Association forte de 900 membres appartenant aux élites sociales et culturelles (propriétaires, rentiers, professions libérales, commerce et industrie, haute fonction publique) auxquels vont se joindre les parents d’élèves, fournira à la Société Immobilière Provençale les fonds qui lui permettront de racheter le collège.

28 juin 1923 devant le Tribunal de Lyon, la Société Immobilière Provençale est déclarée adjudicataire du domaine de l’Institution Sainte-Marie.

27 mai 1925 : La sous-préfecture délivre un récépissé de la déclaration de Léonce Rimbaud attestant qu’il a été formé une association sous la dénomination 

AAE de l’ISM de La Seyne sur mer 

Parution de la déclaration du 25 mai 1925 au J.O le 5 juin 1925

« Le but de cette association est d’entretenir entre ses membres des relations de bonne amitié et s’il y a lieu d’assistance » 

1925/1928

178761CA-D068-40AD-9D46-2FEAD83727F5_1_105_c
32F9405F-E684-4411-9FD8-8B3F3DEF404A_1_105_c
178761CA-D068-40AD-9D46-2FEAD83727F5_1_105_c 32F9405F-E684-4411-9FD8-8B3F3DEF404A_1_105_c

 11 mai 1928 : Modification des statuts

Récépissé de la déclaration des modifications apportées aux statuts : 

« …entretenir entre les anciens élèves des relations réciproques d’amitié, d’assurer leurs bons rapports avec leurs anciens maitres et de venir en aide aux anciens élèves, surtout en contribuant aux dépenses nécessaires à l’éducation de leurs descendants par des secours en argent, des bourses ou fractions de bourse et tous autres moyens appropriés. »

Et puis la guerre…

1949 : l’anniversaire du Centenaire de l’institution

Auguste Kauffer est maintenant président de l’AAAE. Au cours de son toast 

« Il assure les Pères et les Anciens du dévouement du comité dirigeant de l’Association. »

30 avril 1950 : à la fête des Anciens il y aura 200 présents !( plus de 150 sont excusés) 

1953/54: naissance de la revue « Entre nous » qui disparaitra en 1963, renaitra en 1983 (12 numéros en 7 ans) et sera remplacée par « Passerelle » (12 numéros en 5 ans)

L’époque contemporaine

Le don Allard*

-1999 : Impression de l’ouvrage de référence Institution SAINTE MARIE La Seyne sur Mer 1849 1999 avec sa dédicace de l’AAAE  

« à son inaltérable président Pierre Martin (46) pour son dévouement, son efficacité, sa disponibilité, pour le soin et le cœur avec lequel il a donné une âme à ce livre…. »

-Et sa conclusion :

Dans quelques années, parmi ces Anciens, une nouvelle équipe se lèvera pour continuer, après nous, la  » Geste » de l’Institution Sainte Marie. A leur tour, ils raconteront, avec des mots choisis, l’histoire de cette belle Maison, exceptionnellement chérie par Marie.

Nous ne doutons pas que ceux qui nous ont fait l’amitié de nous lire, en feuilletant ces pages, que nous avons eues tant de plaisir à écrire, retrouveront alors le même bonheur.

Générations après générations, à travers les changements des mentalités, l’évolution des mœurs et des coutumes, les pratiques religieuses obligatoires devenues plus discrètes, une constante demeurera et éclairera le troisième millénaire : l’esprit Mariste, l’Esprit de la Maison.

À suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *