Dans les deux décennies qui précédèrent l’avènement des stations touristiques de Tamaris et des Sablettes, les membres de la famille Pellegrin de la rue du grand môle, (plus tard l’avenue Hoche) avaient bien su mener leur barque ou plutôt leurs chevaux. C’est donc tout naturellement que cette entreprise familiale de diligences bénéficia de l’expansion spectaculaire de ces deux rivages.

Pélegrin Frères, le Roulé de La seyne à la gare

Les Pelegrin exploitaient le Roulet (le Roulé, le Roulez, etc) qui assurait la liaison avec la gare* de La Seyne. Les écuries de l’entreprise de voitures Pellegrin frères (André, Ferdinand François, Michel Pascal et Joseph, les fils de Gens Henri lui-même voiturier) se situaient dans la rue des magasins ex rue de la comédie et future rue Joseph Rousset (aujourd’hui entre la Frégate et l’auto-école Sport), les bureaux se trouvant avenue Hoche. C’est d’ailleurs chez Joseph le charpentier (et aussi cocher) que dès 1863, Louis Burgard*, jeune commis orphelin, apprit la réparation des chariots, charrettes et roues de ces engins, ce qui lui permettra de devenir menuisier puis ébéniste et de faire la carrière qu’on lui connait aux F&C plus tard…

La dénomination de la société sera Pelegrin frères, puis Pelegrin André.

« voitures de place à volonté, services d’omnibus, entreprise de voitures et camionnage, puis camionneur du chemin de fer PLM ».

1894

Dès 1889 Les frères Pellegrin entrepreneurs de voitures obtiendront de plus le monopole de la construction et de l’exploitation des chars funèbres pour une durée de 18 ans, contrat prorogé au début du XX° siècle.

1922

Les véhicules hippomobiles seynois

Capture-décran-2020-11-11-à-23.49.17
Capture-décran-2022-10-03-à-23.56.01
AD9ECBA0-86AC-4BEA-A033-792D592379E9_1_105_c
Capture-décran-2020-11-11-à-23.49.17 Capture-décran-2022-10-03-à-23.56.01 AD9ECBA0-86AC-4BEA-A033-792D592379E9_1_105_c

Le « bureau des voitures Pelegrin André » de la rue Hoche

Le Roulet

5354772D-4A36-4404-BDED-8EAC5C8E9AD9
F9F4D30F-D581-46EF-8459-AE71AA51C182
B3D61A74-64DD-4375-9A7A-84E1EFE7D28F_1_105_c
5354772D-4A36-4404-BDED-8EAC5C8E9AD9 F9F4D30F-D581-46EF-8459-AE71AA51C182 B3D61A74-64DD-4375-9A7A-84E1EFE7D28F_1_105_c

-1884 : L’essor de la station touristique des Sablettes s’accompagne de la création d’une route empierrée de La Seyne aux Sablettes. La maison Pelegrin propose alors un service d’omnibus allant de la gare vers Les Sablettes et Tamaris.

À partir de 1904, les entrepreneurs de voitures hippomobiles comme MM. David et Pellegrin auront à subir la concurrence de la Compagnie Générale des tramways qui reliera Toulon aux Sablettes…

Mais ceci est une autre histoire…

Sources

Seynoise.free.fr/seyne_ancienne_et_moderne/filet_du_pecheur/1982/5

Geneanet

Livres-cinema.info/livre/7269/raimu-un-grand-enfant-de-genie

Sablettes Journal : Au jardin des Hespérides

chasse-maree.com/michel-pacha-les-feux-du-levant

seynoise.free.fr/seyne_ancienne_et_moderne/filet_du_pecheur/2015/137

Le Diable rouge (Toulon) – 1904/08/06 (Année 4, N°146)-1904/08/13

http://jcautran.free.fr/oeuvres/tome1/du_bourriquet_au_sitcat.html

jcautran.free.fr/archives_familiales/activites_depuis_2004/2015_conference_casinos/conference_histoire_des_casinos

Indicateur du Var : annuaire du département : commercial, industriel, etc.1922

Histoire générale de La Seyne sur mer Louis Baudoin

Marius Michel Pacha Le bâtisseur de Jean-Pierre Renau

Manuscrit Honoré Besson

close

3 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *